Navigation
Contact et liens
Archives

Social Capital

description

L'actualité du capital social, de la vie en société et des options de société.

description
- Réchauffement climatique: que faire? Environnement - 15-04-2007 - TSCF

climate change 2 Changement climatique et hédonisme économique

 Au-delà de 2 à 3 degrés supplémentaires par rapport à 1990, le réchauffement climatique aura des impacts négatifs sur toutes les régions, a prévenu vendredi le Giec.
 
D’ici 2080, estiment les experts dans leur rapport de 1.400 pages, jusqu’à 3,2 milliards d’humains seront exposés à des pénuries d’eau sévère et 600 millions à la faim en raison des sécheressses, de la dégradation et de la salinisation des sols. Chaque année, deux à sept millions de personnes supplémentaires pourraient subir des inondations, notamment sur les côtes où la pression démographique s’accentue et dans les grands deltas d’Afrique de l’Ouest, d’Asie ou du Mississipi. Les "populations pauvres, même dans des sociétés prospères, sont les plus vulnérables au changement climatique, ont souligné les experts lors de la conférence de presse vendredi. "Ceci requiert notre attention, car les plus pauvres sont aussi les moins aptes à s’adapter", a commenté Rajendra Pachauri. Les scientifiques ont prévenu que toutes les formes de vie sur terre seront affectées: "de 20 à 30 % des espèces végétales et animales connaîtront un risque croissant d’extinction si les augmentations de la température mondiale dépassent 1,5 à 2,5°C" par rapport à 1990, indique le rapport.
 
La Chine, l’Arabie saoudite, la Russie et les Etats-Unis ont contesté certains paragraphes du "résumé pour les décideurs", un texte d’une vingtaine de pages qui synthétise à l’intention des gouvernements de la planète les 1.400 pages du rapport. Par ailleurs, les Etats-Unis ont demandé et obtenu l’élimination d’un paragraphe indiquant que l’Amérique du Nord "devrait être localement confrontée à de graves dommages économiques et à des perturbations substantielles de son système socio-économique et culturel", selon un observateur des négociations. "C’est la première fois que la science est ainsi mise en cause par les politiques", a remarqué un délégué dont les propos étaient rapportés par un autre participant.
 
Selon le premier volet de ce 4e rapport du Giec, publié en février à Paris, la température moyenne de la terre pourrait gagner 1,1 à 6,4°C d’ici 2100 par rapport à 1990, avec une "meilleure moyenne possible" de 2 à 4°C en vertu des scénarios socio-économiques envisagés. (La Libre 05/04/2007 & 06/04/2007).

climate change 31, Ce qui est surprenant, ce n’est pas tant le changement climatique que la soudaineté avec laquelle s’est opérée la prise de conscience. Le phénomène n’était pourtant pas totalement imprévisible. Par ailleurs, les perceptions sensorielles que tout un chacun peut avoir sont bien supérieures à la « meilleure moyenne possible » de 2 à 4° dans un siècle. De là à penser que l’ampleur du phénomène est encore plus grande que ce qui nous est dit, il n’y a qu’un pas et nous le franchirions volontiers. Cette dissimulation de la réalité pourrait expliquer pourquoi le phénomène est officiellement constaté si soudainement, et si tard. Les participants à ces réunions expriment d’ailleurs qu’il y a eu des pressions politiques sur les délibérations et leur expression publique.

climate change 52, Les liens entre le changement climatique et l’hédonisme économique sont patents. Le réchauffement climatique est entraîné par un mode de vie fondé sur la réalisation de soi par la consommation de produits (notamment automobiles), suggérés comme indispensables à l’épanouissement individuel. Au lieu qu’il en soit pris conscience, on considère le changement climatique comme un problème technique parmi d’autres - à l’instar du président de la commission européenne, qui presse les Etats-Membres de prendre des mesures mais qui, à titre personnel, roule en 4×4 Touareg…

Il n’y a pas, ou peu, de réflexion en termes de valeurs de vie collective, ni sur la place des biens de consommation dans cette dernière. Ces catastrophes annoncées sont pourtant le fruit direct du mythe matérialiste du niveau de vie le plus élevé possible dans le cadre de la société de consommation, et de la généralisation d’économies à fortes consommations énergétiques. Elles sont aussi le fruit de l’incompétence, de l’imprévoyance et du manque de sens du bien commun de ceux qui dirigent.


(4.2/5 - 27 Votes)
Home

- Hedge funds, spéculation, et appât du gain - Le marché, l’Etat, et le capital social: la troisième voie

Index
Liste de catégories
Liste de tags

Feed Entries